AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  Dernières imagesDernières images  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
-25%
Le deal à ne pas rater :
Adhérents Fnac : Smartphone Honor 200 Pro 6,78″ 5G + casque ...
599 € 799 €
Voir le deal

Partagez

Les Roches Enneigées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage
Étoile Ardente
Lieutenant de l'Aube
Lieutenant de l'Aube

Étoile Ardente


Messages : 5031
Points de RP : 8691
Surnom : Rossy - Ross'
Genre : Autre / Ne pas divulguer
Personnage Principal : Quête d'Excellence - Guerrière de l'Aube

Les Roches Enneigées Empty
MessageSujet: Les Roches Enneigées Les Roches Enneigées Icon_minitimeJeu 1 Avr - 18:56

Les Roches Enneigées Les_ro10
Revenir en haut Aller en bas
Etoile d'Argile
Chef de la Nuit
Chef de la Nuit

Etoile d'Argile


Messages : 697
Points de RP : 9430
Surnom : Ecu ou (E)cusette ou Dragé.
Genre : Féminin
Personnage Principal : Etoile d’Argile ♀ | N

Les Roches Enneigées Empty
MessageSujet: Re: Les Roches Enneigées Les Roches Enneigées Icon_minitimeMar 16 Mai - 1:03

L o u v e

& Basalte
@Nuage Scindé

Une nuée de cendres dans un cocon de neige


Aucun feu ne commençait jamais par des braises. Il fallait une étincelle ou une flamme, et un combustible. Une nuée de cendres rougeoyantes venait d’être crachée de la gorge profonde de la terre, régurgitée de ses entrailles et, dans un silence spectral, allait s’abattre sur les nuits sombres pour y faire repartir les flammes. On allait mettre le feu à la forêt.

Le visage de Petit Léopard et ses questions, gravées images et sons, tournant dans l’esprit de Nuage de Louve. Roulée en boule dans sa litière, décollée du corps de Nuage de Tigre, l’apprentie dormait d’un sommeil agité. Il ne se passait rien d’agréable dans ses songes nocturnes et la lune, en-dehors de la tanière, ne brillait plus -recouverte par une mer de nuages menaçants. De l’autre côté de ses paupières, Nuage de Louve courait après le fantôme de sa petite-sœur : elle était nommée apprentie et Petit Léopard restait avec son nom et sa taille de chaton, coincée dans l’enfance, condamnée à regarder sa fratrie évoluer sans elle. Les cris et les pleurs de sa sœur l’avaient détournée de la cérémonie : en se retournant, elle vit disparaître une ombre dorée dans la faille pierreuse de l’entrée du camp et elle s’élança en criant son  nom. Mais de l’autre côté des falaises, la pinède du Clan de la Nuit n’existait plus : quelque chose crissa sous les coussinets de Nuage de Louve. Hébétée, elle contempla la neige,  soulevant ses pattes l’une après l’autre sans savoir comment elle avait atterri là. Que venait-il de se passer ? En jetant un coup d’œil par-dessus son épaule, la sidération fut balayée par une vague de panique : l’entrée du camp avait disparu. Mais pas que ça : la forêt toute entière. Il n’y avait qu’une immense toile de roches noires tapissée d’un manteau d’hiver. Il n’y avait que le vent, perceptible en courants d’ombres plus ou moins épaisses, et son sifflement, semblable à celui qu’elle avait entendu lors de sa première sortie du camp avec Puissance du Berserk.

Minute…

Ne venait-elle pas de fuir son baptême à la poursuite de sa sœur ? Comment se souvenait-elle d’être déjà sortie si elle venait d’être baptisée ? Comment pouvait-elle se souvenir de quelque chose qui ne s’était pas encore produit ? Un cri déchira les flots dans lesquels Nuage de Louve était en train de se noyer, complètement perdue et confuse.
Petit Léopard !

« Tu ne te demandes jamais à quoi il ressemble, toi ? »

La jeune chatte trébucha sur elle-même, son élan pour s’élancer derrière la source du son rompu par la proximité soudaine de la voix. Juste derrière toi ! Elle fit volte-face en crachant, les griffes sorties et les oreilles rabattues… mais ne vit personne. Il n’y avait personne. Elle tourna sur elle-même, un tour complet, sans apercevoir autre chose que des ombres et de la neige, à perte de vue. Une sensation de lourdeur soudaine lui glaça le ventre, nouant son estomac si fort que Nuage de Louve en eut la nausée, cœur au bord des babines.

Qu’est-ce qu’il se passe ?
La tête lui tournait face à toutes les émotions et pensées contradictoires qui se succédaient. Elle était en train de mélanger les faux des vrais souvenirs et de se perdre dans le temps. Il lui semblait que rien n’avait de sens, soudain, et cette étendue hostile autour d’elle n’aurait pu être plus oppressante tout en restant à ciel ouvert. Il n’y avait pas de lumière lunaire et, maintenant qu’elle prenait le temps de regarder à la recherche d’éléments familiers, elle ne voyait pas d’étoiles non plus. Dormait-elle ? C’était la seule réponse logique -et, se disant cela, la jeune apprentie tenta d’y trouver une once de réassurance. Ses facultés de réflexion semblaient préservées, plus que dans la plupart de ses autres rêves -ce qui ajoutait au trouble et la confusion. Tout paraissait si réel alors que rien n’avait de sens… Elle secoua la tête. Petit Léopard était partie. Avec Petit Renard, ils les avaient abandonnés, Nuage de Tigre et elle. Sa sœur n’était pas restée un chaton du Clan de la Nuit, elle n’était pas en train d’assister au baptême de Nuage de Louve en gémissant d’impuissance et de douleur.

« Je rêve forcément. »

Mais alors… qu’est-ce que c’était que ce rêve ? Le froid commençait à s’infiltrer dans son épaisse fourrure ; c’était loin du froid de la mauvaise saison, loin des bises algides qui glissaient des montagnes jusque dans le cœur du camp alors qu’elle n’était qu’un chaton et que Douceur du Styx était encore en vie ; mais il faisait froid quand même. Nuage de Louve fit quelques pas, avançant au hasard en guettant régulièrement les courants d’ombres qui glissaient autour d’elle et se mélangeaient aux ténèbres tapies dans les crevasses, derrière les cailloux ou dans des creux de neige. Ses premiers pas avaient crissé mais maintenant, tout était devenu silencieux à l’exception des chuintements du vent. Elle le sentait : son souffle était court sous l’effet du stress. Et puis… il y eu une odeur.

Elle se retourna et son cœur manqua un battement. Une fraction de seconde, la jeune chatte se crut face au carcajou qu’elle avait voulu affronter avec son frère. L’illusion vola en éclat : une paire d’yeux, incandescente, la toisait entre les ombres de cette nuit sans lune. A quelques longueurs de queue d’elle, une silhouette massive, quasiment plus impressionnante que celle du carcajou, se tenant immobile et droite. Il s’écoula une seconde -une éternité pendant laquelle la panique se mettait à hurler dans la chair de la novice. Puis le corps de la bête, plongé dans l’obscurité, se mit à crépiter : comme si un courant électrique invisible l’innervait soudain, des étincelles d’un orange foncé, presque rouge, craquèrent autour de ses cuisses et de ses épaules.
C’était un félin.
Une femelle. Combattante massive dont le regard cloua Nuage de Louve sur place : les griffes profondément plongées dans la neige, elle sentit son poil se hérisser sur son corps contre sa volonté : toute les fibres de son être, toute sa concentration était vissée sur cette apparition des ténèbres aux prunelles d’un brasier polaire.

___________________/_/_/
Moi j'adore la race humaine avec du sel et du mezcal - Et sans mentir timal j'suis sentimental -
Brutal en sortie mentale - L'irréel me manie mal - Apparu un jour d'hiver - Voici l'homme-animal

Les Roches Enneigées Ecusson-52a4a19
Revenir en haut Aller en bas
Griffe d'Ardoise
Non-RPGistes
Non-RPGistes

Griffe d'Ardoise


Messages : 103
Points de RP : 3077
Surnom : Echo
Genre : Féminin
Personnage Principal : Griffe d'Ardoise - ARDOISE / CREVASSE [N]

Les Roches Enneigées Empty
MessageSujet: Re: Les Roches Enneigées Les Roches Enneigées Icon_minitimeJeu 18 Mai - 2:46


Autour d’elle, la Forêt Sombre résonnait tout entière. Elle la voyait fumer, la sentait gronder sous ses pattes. Le monstre s’était éveillé, enfin, son cœur d’encre noire engraissé par ce sang qui gorgeait à nouveau ses racines mortes. Le néant, cette noirceur qui emplissait ces terres désertes, semblait avoir pris vie, et ses serres s’étendaient silencieusement, filament par filament, au-dessus du Grand Gouffre. Insoupçonnées, tels les liens d’une toile d’araignée, elle se plantaient là-bas, de l’autre côté de la rive, vibrant au contact de cette vague de sensations vives et réelles. Lentement, la crevasse semblait presque se refermer, les rapprochant d’eux. Des vivants.
Comme un frisson la parcourant de part en part, elle savourait l’étincelle qui était venue l’embraser d’une force insoupçonnée. Parfois, elle parvenait presque à le sentir. Sa fourrure venait frôler la sienne, son souffle chatouillait son oreille.

Quelque chose a changé.

Soudainement, un éclair sembla traverser son corps, faisant crépiter sa colonne vertébrale. Comme si un verrou avait vacillé en elle, et que plus rien n’était à sa place. Qu’une faille s’était créée.
Quelqu’un l’avait enfin franchie, cette ligne invisible. Quelqu’un avait ouvert la boîte de pandore, cette porte qui – ô par le Clan des Étoiles – aurait dû rester scellée. Le regard de la féline s’amorça quelque part dans le nuage nébuleux de la nuit, le léger crissement de la neige l’aspirant comme un aimant. Et finalement, elle la vit. Comme des grains de poussière coulant les uns dans les autres pour s’assembler en un tableau mouvant, la silhouette d’une féline de noir et de blanc se matérialisa sous ses yeux.
C’était un chaton, réellement ; deux billes jaunes noyées dans la peur, dans ce temps qui se distendait et se contractait simultanément, pour finir par rester parfaitement immobile, suspendu. La petite sembla presque se faire engloutir par le lieu jusqu’à-ce qu’une voix - fluette mais étrangement ferme malgré la terreur dans ses yeux – s’échappa de sa gueule.

    « Je rêve forcément. »
Nuée Ardente sentit ses moustaches frémir d’amusement. Oui, et non. Mais peut-être que tous les rêves faisaient quelque part partie d’une certaine réalité.
Un sourire presque imperceptible coincé dans le coin de sa babine, Basalte décida de s’extirper de son ombre.

    « Perdue ? »
Sa voix rauque sembla emplir l’espace comme un gong, faisant vrombrir l’obsucrité qui les engloutissait presque déjà. La féline était curieuse. Qu’est-ce qui avait bien pu pousser ces jeunes pattes innocentes jusqu’ici…
Basalte plissa des yeux. Bien, elle avait assez savouré son instant épouvante comme ça. Après tout, elle ne saurait que faire d’une apprentie terrorisée. Faisant mine de s’ébrouer, Nuée Ardente s’affaissa sur son arrière et laissa sa tête pencher de côté.

    « Ne t’inquiète pas, ce n’est pas un hasard si ton esprit est venu s’échouer ici, miaula-t-elle. Tu ne t’en rends probablement pas compte, mais quelque chose en toi cherchait cet endroit. »
Un désir enfoui, une peine dissimulée ? Une colère inassouvie ? Ou peut-être une ambition écorchée à vif… ? Ou encore une culpabilité agonisante… Quel est ton secret, petite ? Où se cache ton monstre à toi ?
    « Je m’appelle Nuée Ardente, si jamais. Et toi, gamine ? Qui es-tu ? », ajouta-t-elle d’une voix chaude, presque réconfortante si ce n’était pour les braises au fond de sa gorge.


@Nuage de Louve
Revenir en haut Aller en bas
Etoile d'Argile
Chef de la Nuit
Chef de la Nuit

Etoile d'Argile


Messages : 697
Points de RP : 9430
Surnom : Ecu ou (E)cusette ou Dragé.
Genre : Féminin
Personnage Principal : Etoile d’Argile ♀ | N

Les Roches Enneigées Empty
MessageSujet: Re: Les Roches Enneigées Les Roches Enneigées Icon_minitimeVen 19 Mai - 19:36

In the latest hours of the night and the through the most ancient past
Reminiscences rushing in veins like water in river’s bed and storm’s blast
A drop
A whisper
An explosion of memories

_____________________


L o u v e
&  @Nuage Scindé


Les contours du réel s’obscurcirent jusqu’à n’être plus définis que par les masses de la silhouette de la combattante des abysses. Sa voix absorbait la matière et pulsait, insufflait un flot d’éléments et de forces à l’intérieur de la jeune chatte : son écho tremblait dans la chair de Nuage de Louve comme si un torrent rugissait sous sa peau, qu’une plaque tectonique s’ébranlait, que la chambre à magma d’un volcan se mettait à gronder sous la pression croissante. Son for intérieur était devenu poreux, friable : les syllabes de l’étrangère agissaient comme des griffes labourant sa surface pour en décoller des graviers, en décrocher des petits bouts et les faire rouler au sol -minuscules morceaux jonchant un sentier qui craquerait sous ses pattes énormes. Face à cette… apparition, Nuage de Louve se sentait petite, se sentait chaton, se sentait dans la peau de Petit Léopard. Et, comme si ce danger incarné, cette menace sourde et impitoyable qui la toisait au-travers d’un miroir bleu limpide, une étincelle s’alluma -le crépitement de son propre feu, attisé soudain par l’appel d’air qu’exerçait cette chatte magnifique et terrible. Elle l’observait attentivement, dans ses yeux ambrés diverses lueurs mêlées.

Ce n’est pas un hasard si ton esprit est venu s’échouer ici… Nébuleux. Mais avec ces quelques mots, elle en eut la certitude définitive : elle n’était pas réveillée, et elle n’était vraisemblablement pas en présence d’un des ancêtres de jadis dont on vantait la poussière d’étoiles suspendue aux moustaches et le pelage nimbé d’une aura d’argent semblable aux reflets de la lune. L’autre avait la fourrure enflammée, embourbée entre basalte et coulées de lave. Son regard d’un bleu perçant, plus froid que les bourrasques au cœur de la saison des neiges, semblait hanté par des ombres plus épaisses que celles qui planaient sur ces sommets malgré le rictus et l’amusement que Nuage de Louve suscitait chez elle.

Où est-ce que je suis, si je ne suis pas perdue ? Et qu’est-ce que je suis venue faire ici ?
En proie au doute, l’apprentie noire et blanche tenta de dissimuler sa confusion à la guerrière. Comment… ? Rien de tout cela n’avait l’air réel mais les sensations, pourtant, étaient là, atténuées mais présentes. L’intensité des émotions liées à l’apparition de l’étrange guerrière aurait dû la réveiller depuis longtemps. Est-ce qu’elle avait arpenté le territoire du Clan de la Nuit et s’était effondrée sous une fatigue tellement intense qu’à son réveil, elle ne se souvenait plus du chemin, de ses motivations, et rencontrait donc cette inconnue dans des conditions qui n’auraient su être plus troubles ?

Nuée Ardente. C’était son nom, à cette masse floue d’ombres imprécises, de fantômes dans les yeux et d’éclairs crépitants sur le dos ? Nuage de Louve ne voulait pas paraître plus vulnérable encore qu’elle ne s’était déjà révélée l’être ; loin de tout repère, isolée du monde par le blizzard et la nuit, elle devait se débrouiller seule… Toute seule. Cette fois, pas de Petit Tigre à ses côtés pour affronter les mâchoires du carcajou.

« Nuage de Louve, » répondit-elle, toujours scrutatrice et sur la défensive. Sa propre voix, tendue, sèche. Mais il lui fallait des informations. Il lui fallait comprendre ce qui se passait, où elle était, et ce que l’autre croyait que son esprit était venu quérir en ces terres si inhospitalières. Nuée Ardente : c’était un nom typiquement clanique, à moins qu’il n’existât d’autres tribus inconnues aux coutumes similaires, mais jamais Nuage de Louve n’aurait-elle pu marcher aussi loin sans se souvenir… si ? « Comment peux-tu savoir ce que je suis venue chercher ici, Nuée Ardente ? Tu m’as vue arriver ? Ou c’est habituel de rencontrer d’autres âmes ici ? »

___________________/_/_/
Moi j'adore la race humaine avec du sel et du mezcal - Et sans mentir timal j'suis sentimental -
Brutal en sortie mentale - L'irréel me manie mal - Apparu un jour d'hiver - Voici l'homme-animal

Les Roches Enneigées Ecusson-52a4a19
Revenir en haut Aller en bas
Griffe d'Ardoise
Non-RPGistes
Non-RPGistes

Griffe d'Ardoise


Messages : 103
Points de RP : 3077
Surnom : Echo
Genre : Féminin
Personnage Principal : Griffe d'Ardoise - ARDOISE / CREVASSE [N]

Les Roches Enneigées Empty
MessageSujet: Re: Les Roches Enneigées Les Roches Enneigées Icon_minitimeMar 30 Mai - 21:21


Un léger sourire vint presque imperceptiblement étirer ses babines, tandis que devant elle, l’apprentie luttait contre sa propre peur. Tout en elle devait lui dire de s’enfuir, et pourtant, Nuage de Louve était toujours là, prête à lui faire face. Un feu brûlait en elle, et Nuée Ardente ne pouvait qu’en être admirative, de ces mêmes flammes qui l’avaient un jour animée elle aussi.
Ses petites pattes l’avaient menée jusqu’ici, en ce lieu où rien n’avait plus de direction, et pourtant, elles semblaient continuer à suivre leur propre cap.


    « Enchantée, Nuage de Louve, miaula-t-elle alors, après un bref silence observateur. Et bien non, sache que la Forêt Sombre est un lieu de solitude et de tourmente, d’oubli et de hargne. Pour les âmes damnées vouées à une existence de néant. Mais disons que des choses étranges se passent autour de nous depuis peu, et que la forêt se réveille. Un essor qui ne peut que venir du monde des vivants. »


Elle le sentait comme une bouffée d’air frais. Telle une épice flottant dans l’atmosphère, s’immisçant dans ses narines pour venir crépiter dans son esprit, éveillant ses sens oubliés, une envie de vivre, de ressentir, addictive. Elle ne pouvait pas la laisser filer entre ses griffes. Cette opportunité de peut-être revoir son fils, mais surtout, de sentir les éléments se matérialiser et se mouvoir à nouveau sous ses pattes. Tout ce vide qui l’entourait, le flottement de ses sens qui embrumait son âme, même le brouillard d’encre qui l’enveloppait retrouvait un semblant de gravité.
Non, petite louve, je ne te laisserai pas filer. Tu es ma clef.

    « Tu vois, Nuage de Louve. Ce n’est pas moi qui t’ai attirée jusqu’ici, ni moi qui t’ai suivie ou même qui t’ai observée. Au contraire, tu portes la clef qui t’a ouvert la porte jusqu’ici. C’est ton appel qui m’a menée à toi et tes pattes qui t’ont guidée jusqu’à moi. Car il y a quelque part dans ton cœur un vœu qu’il me faut exaucer. Une envie que tu ne pourras assouvir qu’ici. »


Sa voix se mouvaient à présent autour d’elles, serpentant dans la brume épaisse, comme le roulement de la roche sous leurs pattes. Rien de ce qu’elle lui offrait, cependant, contenait de véritable mensonge. Les intentions de l’ancienne Nuiteuse demeurant néanmoins dissimulée dans la couche de fumée.

    « Alors dis-moi, petite, quelle est cette chose que tu veux ? »


@Nuage de Louve
Revenir en haut Aller en bas
Etoile d'Argile
Chef de la Nuit
Chef de la Nuit

Etoile d'Argile


Messages : 697
Points de RP : 9430
Surnom : Ecu ou (E)cusette ou Dragé.
Genre : Féminin
Personnage Principal : Etoile d’Argile ♀ | N

Les Roches Enneigées Empty
MessageSujet: Re: Les Roches Enneigées Les Roches Enneigées Icon_minitimeMar 13 Juin - 1:09

@Griffe d'Ardoise


A ce stade de sa réflexion, Nuage de Louve ne fut pas surprise d’entendre entre les crépitements et les déchirures autour de Nuée Ardente que la Forêt Sombre n’était pas un lieu anodin -elle avait posé les pattes en ces terres d’isolement et de châtiment éternel, et l’ancêtre qu’elle venait de rencontrer lui assurait que ce n’était pas un hasard. C’était comme si, à cet instant précis, les rouages d’une énorme machinerie s’enrayaient d’un bloc : il y eut un temps de pause au fin fond de l’esprit de Nuage de Louve : un grincement funeste et strident tandis que les pans de son être se mettaient sur pause. Le temps, passé et présent, s’enlisa dans les secondes qui s’écoulèrent après les dernières déclarations de Nuée Ardente. A sa question, un grand souffle radia toute incertitude, méfiance et peur de la surface de sa mémoire. Il ne demeurait que l’ébranlant le conviction d’avoir choisi ce lieu -à la fois tombeau et promesse d’avenir. Que chaque instant de vie et chaque décision avait consolidé l’exact passerelle empruntée pour venir arpenter les sommets enneigés de la Forêt Sombre. Et ici, précisément, une figure d’un temps révolu, jamais vraiment éteint, brûlait et l’avait entendue. Dans les yeux de l’apprentie, une danse fiévreuse faisait tanguer des flammes vives et déchaînées : un tumulte puissant dans lequel elle cessait de lutter.

Elle avait retenu son souffle trop longtemps. Elle avait tenté de nager contre ce courant féroce, redoutant la chute du haut de la cascade. Et maintenant, elle y était. Elle était à la fois en haut du surplomb où l’eau se jetait dans le vide et déjà en train de tomber. Nuage de Louve était suspendue aux prunelles ardentes de la rémanente guerrière : ensorcelée par la promesse qu’elle lui faisait, happée par ce cri vociférant depuis ses entrailles. C’était donc ici, la place qu’elle avait voulue trouver. Les rouages grondèrent et se déverrouillèrent avec un retentissant claquement ; le temps se décontracta et reprit son cours, laissant la jeune chatte haletante, la tête baissée, les pattes écartées, les yeux toujours accrochés à Nuée Ardente. Pourrait-elle aller au bout de ce qu’elle lui proposait d’apporter ? Que cachaient ces billes embrasées qui la couvaient avec la hauteur d’être celle qui sait et celle qui peut ?

Qui était-elle ?
Comment le pourrait-elle ?
Encore une volée de questions qui transperçait son esprit mais ne trouverait de réponse que plus tard. Le moment était crucial et la féline le pressentait dans chacune des fibres de son corps : elle s’apprêtait à pactiser avec une entité dévolue, capable d’œuvrer dans des ombres trop épaisses pour être percées par la lumière des étoiles. De ses prochaines paroles dépendrait son basculement ou sa repentance, sa rébellion ou sa capitulation. Douceur du Styx n’avait pas fléchi face à un Clan entier… comment sa fille pourrait-elle déshonorer la seule chose qu’il lui restait de sa mère ? Sa seule appartenance ? L’image de Nuage de Tigre tangua devant elle et, tout à coup, toute la colère que Nuage de Louve avait toujours vu dévorer dans les yeux d’or de son frère la submergea. L’onde de choc la fit grincer des crocs.

« Je veux détruire ce qui nuit depuis trop longtemps dans l’ombre des règles, ahana t’elle sous l’effort, cherchant à reprendre son souffle. Je veux que le Clan de la Nuit paie pour ses crimes. »

___________________/_/_/
Moi j'adore la race humaine avec du sel et du mezcal - Et sans mentir timal j'suis sentimental -
Brutal en sortie mentale - L'irréel me manie mal - Apparu un jour d'hiver - Voici l'homme-animal

Les Roches Enneigées Ecusson-52a4a19
Revenir en haut Aller en bas
Griffe d'Ardoise
Non-RPGistes
Non-RPGistes

Griffe d'Ardoise


Messages : 103
Points de RP : 3077
Surnom : Echo
Genre : Féminin
Personnage Principal : Griffe d'Ardoise - ARDOISE / CREVASSE [N]

Les Roches Enneigées Empty
MessageSujet: Re: Les Roches Enneigées Les Roches Enneigées Icon_minitimeVen 30 Juin - 21:23


Clouée par les mots de la jeune Nuiteuse, Nuée Ardente se sentit vaciller sous le poids des émotions de la féline, sa colère s’arrachant de ses chaînes, se dérobant de son silence, avalant enfin sa première bouchée d’une vérité si longtemps tue. Ses prunelles de glace dévorèrent l’image de Nuage de Louve et ses tourments éclatant, qui s’éclaboussèrent sur la neige comme des gouttes de sang. Et Basalte sentit son âme se déchirer en elle, à la fois feu brûlant et poussière de cendre, comme un tsunami de magma se brisant contre la glace. Fracassante vague de chaleur faisant craqueler la banquise d’un côté du miroir, et bouillie de lave s’effondrant contre le froid, crissante, fêlée, fendue, réduite à un vestige volcanique, à une obsidienne brisée en mille morceaux de cendre, de l’autre. Les souvenirs douloureux l’assaillirent, sa haine pour sa terre natale se ravivant brusquement, assommant toute autre émotion sur son passage. Elle eut envie de se précipiter vers cet ange de la mort échoué à ses pattes, de lui insuffler sa force, de la protéger, de la comprendre et de l’aimer, là où personne d’autre ne semblait pouvoir le faire mieux qu’elle-même. Son alter-égo d’un autre temps.
Pourtant, elle n’en fit rien. Là, au fond de ses pensées, c’était une petite voix qui lui soufflait qu’un autre l’attendait. Une autre âme qui aurait à jamais une emprise sur elle, qu’elle ne pourrait jamais abandonner. Un dragon qui hantait toutes ses nuits sans sommeil. Elle n’avait que lui, et bientôt, elle serait tout ce qui lui resterait, elle aussi.


Pardonne-moi, petite.

Se glissant silencieusement jusqu’à la silhouette recroquevillée, tremblante et haletante. Penchant légèrement sa tête de côté, un sourire tendre se faufila sur ses lèvres, l’aigue marine scintillant mystérieusement au coin de ses yeux. Puis, trouvant le regard de la jeune louve, Nuée Ardente harponna ses pensées, enchaînant son attention en un simple coup d’œil.
    « Entendu, Nuage de Louve. Le Clan de la Nuit paiera. Il paiera, je t’en fais le serment. », miaula-t-elle sa voix douce et dangereuse, résonnant dans ses propres oreilles comme celle d’une étrangère.
Pardonne-moi, Nuage de Louve. J’ai essayé de briser le cycle. Je te promets que j’ai essayé. J’ai tenté de tout brûler, jadis, de tout réduire à néant. Mais il continue de tourner, et continuera de tourner jusqu’à la nuit des temps. Moi-même, j’ai été prise dans ses filets et aujourd’hui, c’est moi qui chante sa mélodie.

@Nuage de Louve
Revenir en haut Aller en bas
Etoile d'Argile
Chef de la Nuit
Chef de la Nuit

Etoile d'Argile


Messages : 697
Points de RP : 9430
Surnom : Ecu ou (E)cusette ou Dragé.
Genre : Féminin
Personnage Principal : Etoile d’Argile ♀ | N

Les Roches Enneigées Empty
MessageSujet: Re: Les Roches Enneigées Les Roches Enneigées Icon_minitimeVen 14 Juil - 15:10

Les braises de Nuée Ardente avaient crépité plus fort ; les tourbillons de neige autour d’elles deux s’étaient intensifiés, devenus tornades gris clair dans les ombres de cette nuit épaisse, et Nuage de Louve, plus que jamais, sentit dans ces quelques secondes silencieuses tout le poids des enjeux dont elle ne parvenait à saisir l’envergure, l’ancienneté ou la profondeur. Mais tout pesait intensément au-travers des yeux de l’aïeule. La colère avait fait battre son cœur et dans ce silence qui s’étirait, elle aurait juré que Nuée Ardente pouvait l’entendre pulser, elle aussi. Une hésitation parut glisser par-dessus le corps de cette géante de feu et de poussière volcanique, mais rien ne la retint : elle tomba à ses pattes massives ou fut emportée juste sous la truffe de Nuage de Louve dans l’une des bourrasques du blizzard -mais il se passa quelque chose. Est-ce qu’un choix qui la dépassait venait d’être fait ? Est-ce que cette sensation correspondait à celle des pactes qui se scellaient dans la Forêt Sombre ? Était-ce sinon l’ombre de ses propres doutes à elle, remués mais abandonnés aux griffes d’une inconnue revenue du temps de sa mort ?

Nuée Ardente bougea finalement, s’envolant avec une onde de vent pour atterrir sans un bruit, sans un froissement de neige sous ses pattes, tout près de Nuage de Louve ; l’apprentie se hérissa en montrant les crocs, se sentant très vulnérable face à ce mentor insaisissable dont les mouvements étaient aussi imprévisibles que les courants d’air. C’était précisément ce qu’était Basalte, dans les ombres d’ignorance projetées par les promesses lumineuses de sa vengeance, qu’elle offrirait à Nuage de Louve. Un nuage de cendres ardentes et sulfurisées qui s’étouffaient dans la gorge de la montagne cracheuse de feu. Une messagère de mort, une volonté mensongère et reliée par des chaînes inépuisables à un passé révolu, qui ne saurait jamais être changé, altéré, conjuré. Une gueule de loup béante au bord de laquelle la jeune chatte, encore presque un chaton, s’était aventurée. Elle contemplait l’abîme désormais, une boule nouée au creux de l’estomac, chaque battement de cœur retentissant comme s’il était le dernier.
Nuée Ardente l’enveloppant, peut-être même s’étant glissée en elle par endroits en arrachant les règles physiques à ce monde, Nuage de Louve se sentit happée par le sourire et le bleu qui lisait en elle ; le souffle court au bord des babines, elle haleta, mêlant son souffle à celui de la mort. Dans cette gueule entrouverte, les paroles de l’ancienne Nuiteuse coulèrent comme un nectar empoissonné, s’infiltrant dans sa gorge, son être… son âme. Corrompue désormais.
Vulnérable.
Vulnérable.
Vulnérable.
Son corps eut un sursaut de vie, un spasme de désir inexplicable.

« C’est ce que je veux, souffla t’elle, ses yeux ambrés dilués dans les reflets bleus de Nuée Ardente. Aide-moi et je t’aiderai. »

Elle acheva le pacte en acceptant la présence de l’ancêtre qui l’avait hérissée un instant auparavant. Ensorcelée, elle avait l’impression d’entendre la Forêt Sombre l’appeler désormais, communiquant des augures inaudibles, brouhaha et gargouillis inexistant à son arrivée mais bourdonnant dorénavant en bruit de fond. L’atmosphère avait changé, et avec elle, la lumière en Nuage de Louve s’était rallumée d’une flamme noire.


___________________/_/_/
Moi j'adore la race humaine avec du sel et du mezcal - Et sans mentir timal j'suis sentimental -
Brutal en sortie mentale - L'irréel me manie mal - Apparu un jour d'hiver - Voici l'homme-animal

Les Roches Enneigées Ecusson-52a4a19
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




Les Roches Enneigées Empty
MessageSujet: Re: Les Roches Enneigées Les Roches Enneigées Icon_minitime

Revenir en haut Aller en bas

Les Roches Enneigées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» La Pluie des Roches
» Les Hautes Roches

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
LGDC RPG : Le Forum des Passionnés :: Les Lieux de RPG :: Le Clan des Étoiles :: • Forêt Sombre-